Suite de Chronique d’un Tour Du Monde #9

Rabattus à Sukhothai !

Lorsque nous sommes arrivés à Sukhothai, un homme s’est approché pour nous proposer, comme d’habitude, de lire sa fiche d’hôtel. A la différence près qu’il s’est mis a causé 2-3 mots de Français. Bonne technique, cela nous a bien fait rire. Nous négocions le prix : 400 bahts la nuit avec la promesse d’y rester au moins 3 jours. Le truc qu’on déteste, parce qu’il n’est pas rare de voir de belles photos sur un dépliant et d’arriver dans un endroit moche. On en fait l’expérience sur Internet ainsi qu’au MacDo (le burger servi ne ressemble jamais à celui de la photo).

On s’est mal compris. Lorsqu’on nous dépose à l’hôtel il faut payer le conducteur. Bon, disons que ça arrive nous attendons la suite. L’ensemble de petit bungalow est charmant. Dans une impasse, avec beaucoup de verdure dans le jardin gisent plusieurs cabanons en bois. Notre rabatteur nous a conservé le meilleur : il est juste à gauche de l’endroit et sans mitoyenneté. A l’ouverture, nous découvrons un lit fait avec goût comme dans un bel hôtel. C’est sans chichi, propre. Il y a un frigo et la clim. Ca va être difficile à quitter. Nous profitons de la présence du frigo pour aller au Big G (centre commercial) s’acheter des céréales, du lait frais et même du chocolat en tablette qui pour une fois ne fondra pas ainsi que quelques fruits. Le frigo c’est bien pratique. Nous faisons notre petite vie avec un scooter noir fraichement loué nous pouvons aller partout.

Sukhothai

Moines Sukhothai

La nouvelle ville de Sukhothai n’est pas forcément très belle. Elle ressemble aux autres villes de Thaïlande. Des fils qui se croisent lorsqu’on lève les yeux, des bâtiments aux façades vieillissante. Le balai traditionnel de sortie des stands de streetfood a lieu cérémonieusement le soir. Ca tombe très bien, nous essayons encore des plats différents et colorés. Les odeurs et la fumée envahissant alors les ruelles aux lumières blafardes.
Une fois de plus le rapport avec les locaux est très bon, surtout que c’est la période creuse. Une aubaine et une chance qu’on a eu pendant tout notre séjour au mois de Juin.

La vieille ville est à une dizaine de kilomètres de là. Il y a aussi Si Satchanalai à plus ou moins 80 kilomètres. Nous décidons de visiter Sukhothai une journée puis Si Satchanalai le lendemain.

Attention danger, le scooter c’est risqué

Old City, Sukhothai

Nous visitons tout en scooter. Pas de problème pour se garer. C’est la saison des pluies, enfin le début. Nous sommes contents de pouvoir sortir avec quelques babioles dans le coffre, comme nos imperméables qu’on évite d’oublier. En général les pluies s’abattent le soir. Mais pas toujours. Ce sont toujours des orages. Quand le vent commence à se lever, c’est signe que ça va plus tarder.

Lors de notre visite de Sukhothai nous devons interrompre la visite. Il se met à pleuvoir autour de 16h alors que nous ne sommes pas allé sur le temple qui surplombe légèrement le reste de la cité historique ! Je voulais y admirer le coucher du soleil. Hors la pluie ne s’arrêtera ce jour là qu’à la nuit tombée. Le lendemain nous faisons un day trip à Si Satchanalai. Bien équipés pour faire pratiquement 200 km (c’est beaucoup en scooter !). Chaussures fermées et blousons sont de mise.

Enfin le dernier jour, avant le départ, je propose à Anh d’aller tôt le matin voir le dernier temple avant de revenir prendre le bus. Nous partons un peu vite sans prendre les précautions de la veille. Surtout c’est l’heure de pointe et la circulation est très dense. Je n’arrive pas à esquiver un pickup qui me coupe la route. Au coup de frein je bloque les roues et nous chutons (voir article : pour plus de détail).

Nous restons une nuit supplémentaire à Sukhothai, le temps de récupérer. Avant de repartir vers Chiang Mai, rejoindre un ami à nous croisé quelques semaines plus tôt au Laos.


Articles sur le même sujet :