Suite de Chronique d’un Tour Du Monde #6

Départ inattendu de Nha Trang

Nous poursuivons notre voyage au Vietnam en remontant vers le nord. Après ces quelques journées passées à Ho Chi Minh City nous nous dirigeons vers les plages de Mui Né puis surtout de Nha Trang qui est une station balnéaire assez populaire et touristique. C’est la seconde fois que nous y mettons les pieds car on peut y déguster des nem nướng, le péché mignon d’Anh. C’est aussi pour se prélasser un peu en bord de mer. Et enfin, surtout on a notre itinéraire qui est très indéfini pour la suite.

Nous débarquons assez tôt à Nha Trang par un bus de nuit, originaire d’HCMC qui nous a ramassé à Mui Né. Il est environ 7h quand nous nous installons à l’hôtel. On sort petit déjeuner, au Vietnam c’est important de se lever tôt si l’on souhaite prendre un petit déj viet’ car ils le prennent tôt. En fait, Nha Trang est même très intéressante de ce point de vue là : on y perçoit aisément le rythme de vie des habitants. Le matin ils foncent en bord de mer pour faire de la gym, ils mangent, partent bosser et le soir retour à la plage. Le balai est impressionnant et le tout parfaitement minuté. Mais je m’égare. Après avoir avalé quelques bánh cuốn (crêpe de riz) et un sữa đậu nành (lait de soja sucré) – mon petit déjeuner favori – nous nous faisons accoster sur le front de mer. Hiep et Minh sont Easy Riders. Ils nous proposent de nous emmener à l’aventure en moto dans les hauts-plateaux du centre afin de découvrir le vrai Vietnam. Typiquement un truc un peu hors des sentiers battus, ce qui me séduit rapidement. Ils s’attachent donc à convaincre Anh, négociatrice talentueuse et pas viet’ pour rien. Départ prévu le lendemain matin à 6h, la halte à Nha Trang fut plus courte que prévue !

Un chemin en dehors des sentiers battus, hors de la route côtière

Au Vietnam, il y a la route côtière (la 1) et le reste. Généralement les touristes ne sortent que de la route 1 pour aller à Đà Lạt, spot populaire pour les européens en mal de fraicheur (c’est légèrement en altitude). Ce n’est pas facile de s’aventurer seul hors de ce chemin là, surtout si l’on ne parle pas le vietnamien. Les guides évoquent tout juste ces campagnes reculées. Quel dommage !
Les gens sont moins pourris par le tourisme et donc plus accueillants. Les paysages aussi sont différents. On découvre un autre visage du pays.

Enfants-Vietnam-Dak-Lak

Les enfants se baladent à dos de buffle, près de Dak Lak. Ma photo préférée de ce Tour Du Monde !

Le découverte du vrai Vietnam avec les Easy Riders

Nos chauffeurs motards nous compte l’histoire des Easy Riders (à lire ici « Easy Riders, c’est quoi« ). Le principe c’est nous faire découvrir des coins que nous ne connaissons pas et qui seraient difficile d’accès sans nous. Ils veulent aussi nous interpeller sur la manière dont leur pays croit et ce qu’ils en pensent. Nous passons par des fermes de crevette, une fabrique de brique, un sculpteur de bois ainsi que chez un artisan qui prépare les fameuses nouilles pour la soupe vietnamienne : le phố.
Les conditions de vie sont parfois difficiles, c’est très rural. Malgré leurs vies difficiles on nous sourit. Comme dans cette usine de brique où le travail est fastidieux et long, les pauses chronométrées. Le prix d’une brique ? Quelques centimes d’euros. Bien que la cadence de production soit élevée, ça fait bien peu. Pourtant ils sont content de poser, d’autant plus qu’ils adorent les photos au Vietnam. Anh est une curiosité pour eux, une fois de plus. Timide elle échange quelques mots avec eux et surtout des sourires. Plus on s’enfonce dans la campagne, vers Đắk Lắk et Buôn Ma Thuột, plus nous comprenons la notion de vrai Vietnam qu’on a plus trop envie de quitter. La tête remplie de sourire, nous partons donc faire escale à Kon Tum, toujours dans le centre…

fabrique-de-brique-au-vietnam

A la fabrique de brique, entre Nha Trang et Lak Lake

Article contenant un lien sponsorisé


Articles sur le même sujet :