Suite de Chronique d’un Tour Du Monde #8

Et en face, la Thaïlande

Depuis le Laos, nous apercevons la Thaïlande. Un pont à traverser et nous serons là-bas. De l’autre côté c’est donc l’Est Thaïlandais. Les frontières terrestres ont ceci d’intéressant qu’en un éclair la langue, le paysage urbain et les cultures changent. Le mékong est encore à un niveau assez bas, alors que la saison des pluies pointe le bout de son nez. Après notre semaine passée à arpenter Vientiane et ses alentours, nous négocions avec un tuk-tuk une course pour la station de bus où les départs pour passer la frontière sont légions.
Une fois dans le bus, il suffit de traverser un pont. Le poste bien que terrestre est équipé de machine à rayon X. Mais il est tellement encombré qu’on finit par nous demander de passer outre… Et en quelques heures (avec la queue) nous voilà de retour en Thaïlande.

Nhong Kai, boudé des touristes

Le-Chat-de-Nhong-Kai

Le Chat de Nhong Kai

L’Est de la Thaïlande n’est pas très populaire. Nous connaissons tous le nord avec Chiang Mai. Bangkok qu’on voit dans les films. Ou bien encore Phuket et les autres îles paradisiaques dont la réputation n’est plus à faire, surtout depuis le film « La plage ». La guest-house dans laquelle nous nous posons figure dans le Lonely Planet. C’est conforme. Economique et peu de confort. Un préau (cruciale avec les pluies) / restaurant donne directement sur le Mékong. Anh est fatiguée ce soir là. De mon côté je reste à taper des articles en écoutant la pluie qui claque sur les lattes de bois du préau. Les éclairs sont nombreux et éclairent sporadiquement le fleuve et Vientiane, en face.
Les quelques voyageurs qui sont ici semblent arrivés depuis longtemps. En général, on ne traverse pas la frontière pour se rendre exclusivement ici. Ce qui me plait d’autant plus.

Scooter et salade de papaye

Preparation salade de papaye

Fou rire avec cette vendeuse pendant la préparation d’une salade de papaye

La thaïlande, c’est deux symboles importants pour moi. Les balades en scooter et les salades de papaye. Il ne me faut pas grand chose de plus pour être heureux. L’éternel sourire des thaïs est un plus bien sûr ! Ce pays m’inspire lorsqu’il s’agit de photographier.
Rapidement nous avons donc repris nos bonnes habitudes alimentaires en allant nous balader sur les marchés à presque tous les repas. En scooter nous sommes libre de nous arrêter n’importe où ce qui engendre des situations parfois cocasses quand vient le moment de demander notre chemin. A Nhong Kai nous avons visité notre premier buddha parc (ensemble de statues de buddha issues de la tête d’un fou) et envoyé notre premier colis à destination de la france pour la modique somme de 50€, par bateau s’il vous plait. Tout est arrivé à bon port au bout d’un peu plus d’un mois. Une bonne surprise car maintenant c’est dans ces poufs triangulaires que je peux m’assoupir et retrouver un petit morceau de la Thaïlande.

Les repères récupérés, un visa valable pendant 3 mois en poche. Depuis que nous l’avions quitté nous voulions y revenir. C’est avec joie que nous partons découvrir d’autres zones de la Thaïlande.


Articles sur le même sujet :