Décidément le temps s’écoule vite. Dans 3 semaines, cela fera 6 mois que nous sommes rentrés. 6 mois quand même relativement bien occupé. Moi d’un côté sur le blog (encore que j’ai pas mal levé le pied depuis août, désolé chers lecteurs !) et Anh qui prépare un livre photo.

Je me souviens des débats d’avant le départ sur le fait de trimbaler un ordinateur avec nous. Photographe à mes heures et surtout personnes hyper connectées (vous remarquerez que j’inclue Anh), il était difficile de concevoir une année complète déconnectée, bien que cela aurait pu avoir du sens. Dans les faits nous avons fait plusieurs coupures, par exemple durant notre escapade en patagonie, puis en argentine lorsque nous sommes allés déguster un délicieux steak pour noël. Je m’aperçois que depuis le retour nous avons quand même assez peu remis le nez dans les photos. D’une : parce que mon Macbook Air commence à se trainer pour lire la bibliothèque Aperture de 250 Go, de deux : parce qu’on ne prend pas le temps. Je réalise à quel point nous avons eu raison de prendre un PC, même petit, pour faire un peu de tri.

Cependant, Anh a quand même débuté la « rédaction » d’un livre photo qu’elle réalise sur le célèbre soft d’Apple qu’est iPhoto. L’interface est vraiment simple d’utilisation : d’un coup de baguette magique, le logiciel rehausse contraste et saturation rendant les images plus flatteuses à l’oeil. J’ai assez peu d’expérience en livre, bien que j’ai déjà quelques réalisations à mon actif, mais il faut faire face aux même problématiques qu’avec n’importe quelle autre type d’impression. La colorimétrie va probablement différer de ce qui est visualisé sur l’écran si l’on est pas un professionnel de l’image. De même selon le support, le contraste peu diminuer. C’est particulièrement vrai si votre moniteur est de type brillant, fortement rétro éclairé. Gare à la déception.

Un conseil simple si vous n’êtes pas trop équipé, avant de commander votre livre, sortez un échantillon des photos, même en 10×15 (nb : le format classique), histoire d’éliminer un peu les surprises.

Pour nous la problématique est tout autre, déterminer si l’on fait des tomes pays par pays :-) : le livre initié pour l’instant fait quand même une centaine de pages !


Articles sur le même sujet :