Visite sous la pluie au Machu Picchu

5h15, ma montre sonne le glas. 6h de sommeil c’est court et je ne suis pas très bien réveillé, la tentation de se rendormir est grande. Mais non, pas possible, aujourd’hui c’est le grand jour, le couronnement de notre périple latino-américain : la visite du Machu Picchu.

L’avant voyage

Cela remonte maintenant à il y a 5 mois. Nous fêtions le mariage de ma grande soeur en France, une pause dans notre Tour Du Monde. Je fus assis à côté de mon cousin voyageur. L’Amérique Latine il connait. Le Machu Picchu, il l’a vu. Ainsi on passe la soirée à parler voyage. Dormir à Agua Calientes, se lever tôt, monter le matin avec une lampe frontale, voilà le plan pour atteindre le saint-graal : être parmis les 200 premiers arrivés pour avoir le droit d’escalader la colline qui surplombe le temple et admirer la vue plongeante.

La réalité est tout autre maintenant : site internet bien fait, billets électroniques et réservation en ligne de l’entrée au Wayna Picchu ainsi qu’au Machu Picchu bien entendu. 2500 personnes par jour, soit presque 1 million de personne par an. Pas mal. Mais cela signifie aussi qu’il faudrait 6575 ans pour que toute l’humanité puisse le visiter.

Escalade en bus vers la citadelle du Machu Picchu

Ce matin du 29 janvier, nous nous mettons donc en chasse pour le bus car nous avions décidé la veille de ne pas escalader la montagne à pied. Ce choix aura été purement économique. Et comme à 7h nous avions rendez-vous pour l’ascension du Wayna Picchu, on a préféré s’économiser. Le jour se lève doucement, il fait gris. Nous quittons l’avenue principale et trouvons la file de bus. Impressionnant toutes ces navettes. Il faut dire qu’avec 28 places à chaque fois, il en faut des cars pour envoyer tout le monde là-haut.
Déjà hier soir quand nous avons pris le train de Ollantaytambo à Aguas Calientes il y avait foule. Notre wagon était plein. De plus en plus je crains que cette quantité de personne ne gâche un peu le spectacle. Pourtant pendant qu’on attend le bus, j’éprouve déjà quelque chose de fort. Comme si d’avance je savais que je serais épaté une fois là-haut. Ce sentiment est lié aussi à notre périple, comme je le disais, aller voir le Machu Picchu me semblait tellement loin quand nous sommes partis… C’est un peu comme si ça annonçait la fin de la partie, la fin de notre voyage.

On grimpe, la route fait des lacets et est traversée par des escaliers pour les touristes souhaitant y aller à pied. Débarquement. Une autre file d’attente maintenant, celle de l’entrée dans le parc. Ca va vite, vérification du passeport puis scan du code barre du billet d’entrée. Nous sommes maintenant à 2400m d’altitude et la grisaille est toujours présente. Il pleut. Avec Anh on esquive un flux de touriste et on décide de commencer par aller voir de plus haut la vue dans le but de prendre des photos avant l’heure d’affluence. Alors que les « plocs » des gouttes résonnent sur ma capuche Goretex, on finit par arrêter de monter. C’est beau mais c’est surtout brumeux. On distingue quelques formes. Je prends quelques photos. L’atmostphère est mystique. Je me dis aussi que les Incas devaient aimer la pluie ! Il est 6h10 et il n’y a quasiment personne. Nous nous baladons et finissons par passer devant un panneau indiquant le Wayna Picchu. Voilà près d’une heure qu’on est là. Allons-y.

Vers le sommet du Wayna Picchu

L’ascension prend une heure. A l’entrée vous êtes prévenus : il faut être en forme pour s’engager là-dedans. Il faut remontrer patte blanche et signer un registre, 64 et 65 ème grimpeurs du jour. C’est raide à certains endroits et à cette altitude on est vite essoufflé. Mais l’altitude on y est habitué et après 3/4 d’heure on se retrouve au sommet. Le Wayna Picchu est plus qu’une montagne, c’est un temple aussi. S’il est difficile d’apprécier sa beauté, on reste impressionné par l’effort de construction d’un tel édifice sur une montagne aussi étroite.
Malheureusement c’est le Machu Picchu que nous voulons voir et lui et bien… On ne sait même pas où il est. Avec la carte on tente de s’orienter pour au moins regarder la brume du bon côté ! Rien, toujours rien. Le nombre de personnes croît au sommet et nous sommes mal assis. Il est 8h40 et après une heure d’attente j’en ai marre, Anh aussi. L’affluence est à 10h et nous préférons profiter de nous promener encore dans les ruines alors qu’elles sont vides plutôt que de patienter là-haut sachant que la venue du beau temps est hypothétique.

Finalement, quelques mètres plus bas, Anh me crie : « ça y est je le vois, il est devant ». Nous ne sommes que tous les deux à cet endroit du Wayna. « On attends alors ? », « Oui, quelques minutes de plus pour voir ». Je pose Anh sur une plate-forme stable car elle a le vertige et je traverse un portique, de là je m’assoie les pieds dans le vide, seul, surplombant la vallée dont j’aperçois aisément les torrents marrons qui la traverse. Puis, vient le tour du Machu Picchu. Les nuages s’envolent. Mieux : Ils s’évaporent ! C’est beau. C’est harmonieux. Cet énorme complexe git en pleine nature, entouré de jungle et de pics karstiques qui rappellent les paysages du nord Vietnam. Alors que 10 minutes plus tôt on se disait que c’était raté pour cette fois, nous sommes maintenant comblé. La nature est mon leitmotiv et je ne suis pas un fan des vieilles pierres. Mais cette fois ci… Je fus conquis !

La vue depuis le Wayna Picchu

La vue depuis le Wayna Picchu

PS : Nous sommes finalement resté 1h30 de plus au sommet à apprécier la vue et à prendre des photos !!!


Comment aller au Machu Picchu

Aller au Machu Picchu est une expérience magique qui vaut la peine d’être vécue, mais une expérience qui a un prix ! Plusieurs options s’offrent à vous pour aller au Machu Picchu, plus ou moins chère et plus ou moins rapide ! Je vous propose un balayage des différentes possibilités pour atteindre ce fameux Machu Picchu. La première chose à savoir est que Aguas Calientes est le village d’où vous devrez partir pour aller au Machu Picchu.

De Cusco à Aguas Calientes

1- En train de Cusco

Solution simple mais un peu couteuse, il suffit d’acheter son billet de train en ligne ou dans l’agence de la plaza des Armas. Il faut ensuite aller à la gare de Poroy, à 20 minutes en bus ou taxi de Cusco. L’aller retour le moins cher depuis Poroy est de 325 soles, consultez les prix et horaires sur le site de PeruRail.

Soit l’aller retour Cusco – Aguas Calientes à 325 soles

2 – En colectivo de Cusco, puis en train de Ollantaytambo

Solution intermédiaire, qui permet de combiner la visite de la vallée Sacrée (Pisaq, Ollantaytambo, Moray, les Salineras, Chinchero). Prenez un colectivo de Cusco pour Pisaq (2,5 soles; 1h), un 2ème pour rejoindre Urubamba (2,5 soles; 1 h) et enfin un 3ième pour atteindre Ollantaytambo (1,3 soles, 20 min). De Ollantaytambo, prenez le train pour Aguas Calientes. Pour le retour, prenez un colectivo de Ollanta à Urubamba (1,3 soles; 20 min), puis de Urubamba à l’intersection pour aller à Maras pour visiter Moray et les Salineras (2 soles; 15 min) puis de cette même intersection à Cusco (5 soles, 1h15). Il existe aussi des bus direct Cusco – Ollantaytambo pour 10 soles (et inversement)

L’aller retour en train le moins cher depuis Ollantaytambo est de 192 soles, consultez les prix et horaires sur le site de PeruRail.

Soit l’aller retour Cusco – Aguas Calientes à 206,6 soles

3 – En colectivo de Cusco, puis à pied depuis Santa Theresa ou Hydroelectrica

Solution la plus économique mais aussi la plus longue (comptez 10 h !). Prendre un colectivo du terminal Santiago de Cusco en direction de Santa Maria (Au moins 30 soles, 6/7 h), la route passe des cols à 4300 mètres, attention au mal de l’altitude ! De Santa Maria, des colectivos ou taxis vous emmeneront à Santa Teresa ou à Hydroelectrica (une quinzaine de soles, 3 h), d’Hydroélectrica, il est possible de prendre le train pour Aguas Calientes mais vous pouvez aussi marcher le long de la voie férrée (2/3 h).

Soit l’aller retour Cusco – Aguas Calientes à environ 100 soles

De Aguas Calientes au Machu Picchu

1- En bus

Il vous coutera 17 dollars américains soit 46 soles pour l’aller retour entre Aguas Calientes et le Machu Picchu (environ 25 minutes de trajet)

2- A pied

Comptez au moins 1 heure pour l’aller (ça grimpe dur ! Surtout des escaliers) et au moins 45 minutes pour le retour. Et vous l’aurez compris, c’est gratuit ! Possibilité de commencer à monter à partir de 5h00.

Il est possible de ne payer que l’aller ou le retour pour 9 dollars (24 soles).

Train Machu Picchu

Le fameux train du Machu Picchu


Articles sur le même sujet :