Après une nuit passée à Kratie (ville vraiment agréable au passage) nous avons décidé de directement partir vers le Vietnam sans passer par la case Pnom Penh à nouveau. En effet, la ville ne nous a pas particulièrement plu et nos visas du Vietnam étaient déjà prêts et datés. Nous ne voulions pas avoir à courir là-bas et préférions éviter d’avoir à faire une extension.

  • Aller de Kratie à Snuol

La première étape fut de rejoindre Snuol (aussi parfois appelé Snul), ville proche de la frontière vietnamienne, située à environ une heure de route de Kratie par la nationale 7. En général, les durées données par les compagnies de bus sont toujours plus importante que le trajet effectif.
Nous sommes passé par Serya. Bus climatisé avec toilette, 2,50$ pour le trajet. Le bus continuait ensuite vers Pnom Penh.

  • Rejoindre le poste frontière de Trapeang Sre

Trapeang Sre est une ville minuscule où il n’y a rien d’autre qu’un casino. Les bus ne s’y arrêtent pas. L’unique moyen d’y aller est de prendre une moto avec un chauffeur depuis Snuol. Ce que nous avons fait !
La « balade » nous aura couté environ 7$. A Kratie, un cambodgien nous avait annoncé plutôt 3$. Nous n’avons pas négocié très fermément et nous étions pressé d’arriver on va dire. Cela donne quand même un ordre d’idée.

  • Sortir du Cambodge

Après environ une demi-heure en moto à admirer des paysages plutôt jolie (c’est plus verdoyant que le reste du Cambodge), nos chauffeurs nous déposent devant une importante barrière « STOP ». C’est désert. Quelque(s) (1?) véhicule transite pour rejoindre le Vietnam ainsi qu’un Vietnamien qui retourne chez lui.
Sur la droite se trouve la douane Cambodgienne où l’on peut récupérer un tampon de sortie plutôt rarissime. La procédure a été un peu longue, le douanier, plutôt gentil, était très curieux de savoir comment on s’était retrouvé ici !
Juste à côté de la barrière, des prix de visa sont indiqué. Nous n’avons pas eu à tester le visa « On Arrival », mais je pense que cela est possible (à approfondir quand même, sinon faire le visa avant c’est plus sûr).NB : La route entre Snuol et Trapeang Sre n’est pas en si mauvais état que le mentionne le Lonely Planet. C’est goudroné.

  • Rejoindre le Vietnam

On se faufile ensuite sous la barrière STOP comme nous l’indique la douanier. La « zone franche » ressemble à l’entrée du parc Disneyland. Je prends discrètement quelques photos. Nous sommes seuls au milieu de nulle part et plus dans aucun pays. Amusant !

Trapeang Sre

Poste frontière de Trapeang Sre : Un petit air de Disneyland

  • L’entrée au Vietnam

Le poste dans le sens des arrivées est à gauche. La hall est grand et vide. Nous donnons nos passeports au douanier qui les examine et nous fait assoir devant sa vitre. Après quelques instants, les coups de tampon résonnent dans l’énorme hangar. L’instant serait presque solennel… C’est bon, on peut passer !

  • Rejoindre la ville de Loc Ninh

A la sortie du poste on aperçoit sur notre gauche quelques vietnamiens en moto. On avance jusqu’à ce qu’ils viennent d’eux même voir ce que le vent à amener dans cet endroit pommé. Ils comprennent sans problèmes qu’on cherche un transport pour Loc Ninh, je suppose qu’ils ont l’habitude de rendre ce type de service. Anh parle un peu, ils éclatent de rire. C’est à priori plutôt rare qu’une touriste parle leur langue. Ils nous proposent d’entrée de jeu un prix très correcte (5$ chacun) pour le trajet jusqu’à Loc Ninh. Normalement la distance est plus importante qu’entre Snuol et la frontière mais ils nous déposeront dans une pseudo-ville plus proche où l’on peut attraper le bus pour Ho Chi Minh.NB : Côté Vietnamien on a facilement des casques pour les scooters, c’est obligatoire. Ce ne fut pas le cas au Cambodge.

  • Prendre le bus pour Ho Chi Minh City

Une nouvelle fois, la promenade en scooter vaut le coup de passer par ces endroits un peu isolé. On traverse des forêts entière d’arbre desquelles ils récupèrent la sève (à priori pas des Ficus Elastica vu la forme).
A l’arrivée, on nous dépose là où il faut attendre. Les gens autour viennent voir. Anh parle un peu, on rigole bien. On nous propose de manger. J’opterais pour un Pho vraiment exquis. Le bus (un minivan) se pointe déjà, ils attendront qu’on ait fini de manger avant de repartir.
Avant de partir, on nous offre une mangue à chacun. Je reconnais bien là les vietnamiens qui ont toujours peur que l’on crève de faim :) Vraiment chaleureux comme accueil.
Le trajet jusqu’à Ho Chi Minh Ville coutera 100 000 VND (5$).
J’ai perdu mes lunettes de soleil dans ce bus, quelle idée de les laisser dans une poche qui ne fermait pas ! 5 ans de bon et loyaux services :-/

  • Arrivée à Ho Chi Minh City

Arrivé à HCMC, on se fait alpaguer par les chauffeurs de scooter et autre taxi en tout genre pour nous déposer en centre ville, dans le quartier des backbackers, Pham Ngu Lao.  Il est déjà tard et par flème de prendre le bus on accepte un deal pour 100 000 VND pour deux.
La chaîne de ma bécane déraillera un peu avant l’arrivée. En descendant je découvre que la ceinture de mon sac avait commencé à bruler sur le moteur. Le pauvre chauffeur est bien embêté… On terminera à trois sur le scooter d’Anh avec les sacs.

Sacré Roadtrip !

Bilan ultra positif. Le passage des frontières terrestres dans ces zones là a quelque chose de magique pour moi. On change vraiment instantanément de paysage, de population, etc. Ho Chi Minh City est LA ville pour du shopping, j’ai déjà une nouvelle paire de lunette et la ceinture a juste brûlé sur une extrémité. Vivement la prochaine traversée :)
Prix complet pour une personne de Kratie à Ho Chi Minh City : 2,50 + 7 + 5 + 5 = 19,50$ (sans la dernière course en moto)


Articles sur le même sujet :