C’est après 2 semaines de voyage que nous avons quitté Flores, une des nombreuses îles de l’archipel indonésienne (qui en compte plus de 15 000). Ce choix permet facilement de se retrouver sur une île déserte ou en tout cas peu peuplé. Au fur et à mesure des rencontres que nous avons faites sur l’île j’ai cherché un peu à comprendre ce qui nous a tous amené ici.

Flores, destination peu touristique

Flores, bien qu’un peu touristique maintenant, est quand même un endroit assez préservé. Il est difficile de s’y rendre. Les avions sont petits et donc souvent plein. L’île propose une merveille naturelle, le Kelimutu, un ensemble de trois cratères-lac de 3 différentes couleurs (du bleu turquoise au noir). Internet est difficile d’accès, il n’y a que très très rarement l’eau chaude dans les hôtels. Pour se déplacer sur Florès on peut au choix trouver un chauffeur voir un chauffeur guide avec une voiture correcte ou utiliser les transports en commun ce qui promet dans ces cas là une bonne aventure. Même si l’île n’est pas très large d’est en ouest, il faut compter qu’on ne dépassera pas les 20 km/h au milieu d’un bus plein à craquer. Expérience vécue dans un bus de 20 places où nous étions une cinquantaine – choc culturel garanti :-)

Touristique, pas touristique ?

Les gens qu’on a croisé étaient en général des voyageurs de longue durée. Ils cherchaient tous un endroit moins touristique que Bali, le centre névralgique du tourisme en Indonésie. Un d’eux me jettera : « On voudrait faire un volcan, mais le Rinjani (île de Lombok, ndlr) on nous a dit qu’il y avait trop de monde, sur Sulawesi j’ai lu qu’un des volcans était escaladé que 50 fois par an ! ». Ou bien : « On a visité Sumatra, Sulawesi et Flores ». « Et Bali ? » « Non ! Trop touristique ». Cela tournera même à la parano : « On a attendu 2 semaines sur Bali pour l’extension de visa, ils veulent garder les touristes pour eux ». J’ai un doute quand même… Alors je demanderais quand même « Et vous êtes resté où ? » « à Kuta (l’endroit le plus touristique, ville Balinaise transformé en camps de vacance pour Australien, ndlr) ». Sans commentaire :-(

Plus qu’Anh, je suis moi aussi -parfois- dans la quête de me rendre à l’endroit où personne ne va. Néanmoins, ces discussions m’ont fait l’effet d’un électrochoc, pourquoi bouder une destination parce qu’il y a trop de monde ? N’est ce pas tout simplement qu’elle a beaucoup d’intérêt ? Je fus bien « triste » pour Bali qui après 3 visites en Indonésie reste ma « chouchoute » !

Sortir des sentiers battus ? Plus facile qu’il n’y parait

Sortir des sentiers battus ne signifie pas forcément qu’il faut s’éloigner de centaine de kilomètre au delà des endroits envahi par le tourisme de masse. En général, il suffit de marcher un peu ou au pire de prendre un scooter et de vadrouiller autour. En général les villes ont des quartiers touristiques où les hôtels sont massés. On marche 10 minutes et on ne croise plus un seul touriste. N’était ce pas le but recherché ? Les « locaux » sont surpris et cela permet d’obtenir des sourires, des « Hello » à tout va.

Deux bons exemples en dehors des sentiers battus !

Hué au Vietnam où sorti des lieux de visites et du petit quartier de backpacker on ne croise plus de touriste. Mieux encore, avec un scooter on peut rejoindre une zone quasi non exploré en pleine campagne vietnamienne, dépaysement garanti !!!
Bangkok, exemple plus extrême encore ! Si Khao San Road (la mecque du Backpacker en Asie du sud est) est « The Place To Be », hors d’ici il y a assez « peu » de touriste dans la ville (comprendre suffisamment mélangé parmis les 8 millions d’habitants). Certes on y croise des occidentaux mais beaucoup sont des expats (reconnaissable au costume cravate ;-). Du coup il suffit juste de prendre le métro et de choisir une station non indiquée dans le guide pour se retrouver dans un endroit où plus personne ne parle anglais.

Une dernière chose, on rencontre plus de monde dans les endroits moins isolé, forcément. Les rencontres avec les locaux sont souvent plus éphémère, barrières de la langue oblige.

Bon, on a quand même adoré Florès, notamment la ville de Riung au nord, vraiment hors de la route touristique :-)

Village de Bela

Village de Bela, à côté de Bajawa (Florès, Indonésie) - Les paraboles sont installés derrières dans les jardinets !


Articles sur le même sujet :