Nous voilà de retour à Santiago, décidément notre camp de base au Chili. On a donc retrouvé Chloé, notre charmante hôte et nos bonnes habitudes : Parillada (Barbecue) et Pisco Sour (Apéro Chilopéruvien). Si vous nous avez suivi sur Facebook vous avez du lire que nous avions achevé notre trek de 80 km. Le premier de notre vie ! Oui, car ni Anh ni moi ne sommes des marcheurs. Encore que moi, un peu. Je vous renvoie vers le « A propos » du site et cite : « En général elle n’aime pas trop marcher, donc il faut que la récompense promise soit élevée pour l’embarquer dans un trek. »

Je n’avais pas envie de faire cette rando seul. Et c’est Chloé qui a convaincu Anh en fait. Je vous raconte le déroulement.

Arrivée à Torres Del Paine

Après avoir vadrouillé (trop) rapidement dans le centre du Chili, vers Pucon, Chiloé et Puerto Varas, on a pris le premier avion du matin de Puerto Montt à Punta Arenas.
S’en est suivi un coup magistral : arrivée à l’aéroport à 11h, on partage un taxi avec une espagnole qui demande au chauffeur de rattraper le bus pour Puerto Natales (étape avant de rejoindre le parc national Torres Del Paine).
Quelques appels de phares plus tard on est catapulté dans le bon bus. Arrivée à Puerto Natales à 14h10. Prochain bus pour Torres Del Paine ? 14h30 !
On se dit qu’autant y aller maintenant plutôt que de passer une nuit ici. Surtout que la ville est un peu morte quand on arrive.
Il nous faut de toutes façon trouver du gaz avant de partir et faire un appoint de provision. On court au supermarché. Puis on cherche partout una botella de gaz. On a été jusqu’à demander dans des pharmacies dans la panique.
Finalement on trouve et au même endroit on nous vend les tickets de bus. On rejoint donc le parc le dimanche soir. On a choisi l’option catamaran (qui offre de superbe panorama) ce qui nous fait arriver vers 19h au camping -payant- Grande Paine. Une douche, du riz en sachet et au lit, début de la rando prévu aux aurores.

Catamaran et Los Cuernos

La vue en catamaran est à couper le souffle

Le W c’est quoi ?

Randonnée le W

Avant tout il vous faut comprendre ce qu’est le W. Le parc national Torres Del Paine est le parc le plus célèbre de la patagonie chilienne. Le W est un parcours de trek très emprunté mais en fait le parc peut offrir bien plus. Il est possible d’y passer facilement 2-3 semaines à faire que marcher.

Ce qui fait la popularité du W c’est qu’on peut voir 3 des plus beaux monuments naturels qui ornent le parc. Ils forment les 3 extrémités de ce qu’on pourrait voir comme un W :

  • Le glacier grey
  • La vallée Française
  • Les Tours (qui donnent leur nom au parc)

Notre technique

Anh et moi, nous sommes des petits gabarits. Des poids plumes de la rando. Alors on s’est dit qu’on avait intérêt à être astucieux au maximum (et on avait été conseillé, merci Chloé, again !). Observez la forme du W dessiné en rouge. Et oui, si on est forcé de porté nos (gros) sacs sur les pistes « horizontales », c’est pas forcé sur les verticales.
On a aussi finement boucler nos sacs. On sait d’ailleurs combien on portait puisqu’on a fait un passage à l’aéroport avec la bouffe avant d’arriver – à un sachet de pain prêt.
Sac d’Anh : 7 kg. Sac de Bruno : 11,5 kg. Il faut ajouter l’appareil photo, le Lonely Planet Chili, le gaz et le poids de mon petit sac et en gros on atterri avec plus ou moins 8 kg pour Anh et 14 kg pour moi, au départ en tout cas. On est allé à l’essentiel  !

1er Jour : Camping Grande Paine -> Glacier Grey -> Camping Italiano (29km, 9 heures et demi de marche)

Lundi matin on s’est réveillé frais et pimpants et… Hyper tôt. Oui le lever est à 5h, le coucher vers 23h. On remballe la tente et prépare donc juste un petit sac pour la journée. 11km aller jusqu’au glacier qu’on atteint dans les temps. C’est beau, bien plus impressionnant que les glaciers qu’on avait pu voir en Nouvelle-Zélande. Enfin, là je compare des pommes et des oranges…

Lac et Glacier Grey

Lac et Glacier Grey

Le déj est sommaire : pain et fromage. On carbure à coup de gâteaux et le temps est magnifique.

Montage_Lago Grey

Aux alentours de 16h on atteint le campement où on a laissé nos sacs. Et là c’est dur, après déjà 22 bornes il faut en faire 7 de plus pour rejoindre le campement suivant, Italiano qui est lui gratuit. Pas de douche et même pas de WC ici. On est rincés, un sachet de riz et au lit, on s’endort vers 21h malgré le bruit environnant.

2ième Jour :  Camping Italiano -> Vallée Française -> Camping Italiano (11km; 5 heures et demi de marche)

Si on pète moins le feu que la veille on est en bonne forme. Les muscles sont un peu durs au réveil mais on s’attendait à pire. Aujourd’hui on s’est dit que ça serait repos avant la marche suivante qui promet.
On entamme l’aller-retour vers la mirador de la vallée Française assez tard, vers 10h. On regretterait presque d’avoir pris tous nos vêtements tellement il fait chaud. Pas envie de faire demi-tour et puis on sait jamais… On ne croyait pas si bien dire… Le temps se couvre, il commence à pleuvoir. Du coup on verra peu de chose de la vallée Française…
La descente devient un cauchemar, la pluie redouble, chaque bourrasque secoue les arbres et nous douche.

Montage_Vallée Frances
Les vestes Gore-Tex sont efficaces, mais on n’a pas de pantalon de pluie. C’est trempé qu’on retourne au campement. Si on hésitait à faire un bout de chemin supplémentaire aujourd’hui, la question n’est plus d’actualité. On se déshabille comme on peut et on reste de la tente à se réchauffer (ce qui mettra bien une heure). On prend une soupe. Puis un repos à nouveau et pâte. Il repleut… Impossible de faire sécher nos vêtements.

On se couche en espérant que le temps s’améliore…

3ième Jour : Camping Italiano -> Camping Chileno (17km; 7 heures de marche)

Le vent a soufflé fort, très fort cette nuit et il a balayé tous les nuages. Les rayons de soleils traversent la tente. On fait sécher nos pantalons le temps du ptit déj.

Gros programme aujourd’hui puisqu’on doit se rapprocher des Tours au maximum. C’est donc un parcours uniquement avec les gros sacs qui nous attends. On enfile nos chaussures encore humides et c’est parti. La marche est difficile mais le panorama nous donne le courage d’avancer. On s’aperçoit aussi qu’on a vu un peu juste pour les provisions et on se voit forcé d’acheter un paquet de gâteaux à prix d’or dans un refuge.

Lago Nordenskjöld

Lago Nordenskjöld

La fin de la journée fini en montée. On fait un remake de Koh Lanta : « Jusqu’au bout Anh, jusqu’au bout« . On s’assoit sur le camping gratis encore à 2h de marche et on profitera de manger un paquet de chips (acheté à prix d’or aussi) et de prendre une douche. C’est logiquement notre dernière nuit de camping.

4ième Jour : Camping Chileno -> Les Tours -> Sortie du W (22km; 7 heures et demi de marche)

Ni Anh ni moi n’avons eu le courage de se lever pour voir le lever du soleil sur les Torres. Coup de bol dans notre flemme, le ciel était trop couvert pour apercevoir quoi que ça soit nous dira-t-on en croisant les plus courageux. Oui coup de bol aussi parce qu’à 9h ça commence à se découvrir et le soleil commence à pointer quand on atteint le mirador des Torres. le W est achevé alors on fait des photos bien kitsch mais pas que ;-)

Montage_torres

Torres_del_paine

Si la lumière n'était pas idéale il y avait peu de vent, parfait pour ce genre de cliché

Reste à partir du parc, le bus est à 14h30, trop juste pour nous, on optera pour celui de 20h. Alors on prend notre temps, on discute, on boit du thé. En fait on peut que boire parce qu’on a plus rien à bouffer. Heureusement Jeff, croisé la veille aura sauvé le petit déj en nous filant une soupe d’asperge. Le déj ? Une soupe de poulet. Un dernier paquet de chips nous filera un peu de jus pour finir mais c’est heureux et exténués qu’on finira la rando.

Surtout que voulant voir des guanacos on s’est ajouté 7,5 km à la fin. Anh a failli me maudire puisqu’on en a vu aucun… Sauf à la station où le bus nous ramasse qu’on pouvait rejoindre gratuitement en véhicule (on nous l’a proposé pendant qu’on marchait sur le bord de la route).

TheEnd

Anh a pensé très fort : Je te haie et j'emm**** les guanacos

Finish !

On a jeté nos sacs à l’hôtel et on est parti fêté ça avec du pisco et une parillada gargantuesque qu’on a presque réussi à terminer.

pisco_parillada

La rando en chiffre :

  • Jours de marche : 4
  • Kilomètres parcourus : 80
  • Douches prises : 2 chacun
  • Ampoules : 2 chacun (chaque gros orteils)
  • Nuits en camping : 4 dont 2 payantes

Articles sur le même sujet :