Conseils & Astuces

7 conseils à suivre pour ses achats en voyage

Il y a quelques règles d’or à respecter quand on achète à l’étranger, dans les pays où les prix ne sont pas toujours fixé / affiché. Acheter est un art où la négociation joue un rôle prépondérant. Quelques commandements sont à ne pas perdre de vue si on veut éviter les mauvaises surprises et / ou l’énervement du vendeur.

  • Ne demander le prix que si l’on est intéressé

On peut demander un prix de temps en temps, mais en général on suscite l’attention du vendeur qui va alors penser que l’on souhaite acheter. A éviter quand c’est possible.

  • Si l’on commence à négocier c’est pour acheter

Vous risquez d’énerver fortement le commerçant si vous entamez une négociation pour la conclure par : « finalement ça ne m’intéresse plus ». Si vous débutez, il faut aller au bout à moins que vous ne soyez pas d’accord sur le prix.

  • Le plus petit prix est celui que l’on donne au départ

La méthode la plus commune  pour négocier est de demander le prix puis de donner le prix auquel vous seriez acheteur. Le prix final se situera au milieu en général, où légèrement d’un côté où de l’autre selon sa façon de négocier.
Ce n’est pas un combat acharné
Ne bataillez pas 3h pour gagnez 30 000 dongs vietnamien (càd. 1 euro) ! Ne perdez pas de vue que parfois vous tentez de sous-tirer quelques centimes à quelqu’un qui ne gagne peut-être pas spécialement bien sa vie. Il faut relativiser.

  • Avoir en tête son prix

C’est une bonne chose pour savoir si l’on concluera l’achat in fine. Gardez en tête le point 4.

  • Utilisez les supermarchés

En allant dans des grandes surfaces vous trouverez parfois des souvenirs et bien sûr des vêtements et de la nourriture. Tout ne sera pas au meilleur prix néanmoins cela permet d’avoir une idée du prix des choses, du kilo de mangue à celui d’un t-shirt.

  • Quand vous voyez quelque chose qui vous plait, n’hésitez pas, parfois vous ne le retrouverez pas comme vous le pensiez !

Si vous appliquez tout ça, pas de raison pour que ça se passe mal. Sans être un négociateur dans l’âme on peut vite se prendre au jeu. Un vrai plaisir :-)

9 commentaires

  • Oreille

    Acheter à l’étranger, tout un art…

    Ne pas donner un prix super bas pour se sortir d’affaire, on peut avoir de mauvaises surprises !
    Vous regardez, le vendeur vous harponne, vous savez que ça n’est pas dans vos moyens et vous répondez x/10 avec un sourire qui dit « je sais que c’est pas possible » quand le vendeur demande « à quel prix vous l’achèteriez ? ». Sauf que parfois, le vendeur dis ok et part emballer l’objet, et on ne peut plus négocier ni revenir en arrière !

    On en avait parlé sur l’autre article, mais je suis complètement d’accord avec l’idée de compter en euros, de temps en temps, histoire d’avoir l’impression d’une bonne affaire ! Pas à chaque fois, mais quand ça nous plait vraiment, c’est con de ne pas se faire plaisir.

    Vous arrivez à acheter des souvenirs ?

    • Bruno

      Oui c’est un art ! Après il y a aussi des subtilités selon les pays. J’aurais du ajouter qu’il faut garder le sourire. Si on s’énerve c’est perdu.
      C’est vrai que parfois le prix de départ est extraordinairement élevé. Ca nous est arrivé à Bali. On divise le prix par 3 pour s’apercevoir un peu plus tard qu’on a payé plutôt cher :-(

      On profite un peu d’acheter sachant que cet été on fait un retour en France pour le mariage de ma grande soeur.

      Dans mon sac j’ai 2 souvenirs / cadeau, vraiment petit. Sinon on a acheté un peu de vêtement pour remplacer ceux qui rendent l’âme plus vite que prévu ou pour compléter ;-) Déjà avec ça mon sac commence à se faire lourd !!!

  • marjorie.m

    En Afrique, marchander est vraiment un acte social. On peut prendre son temps, on en profite pour parler un peu d’autres choses, plaisanter! Conserver son humour est une des bases ici, pour bien marchander… Si on a affaire à une femme, l’interpeller par un « Tantie » permet souvent de débloquer la situation!

  • Claire@Ventes privées

    J’ajouterai au commentaire de Marjorie que c’est non seulement un acte social, mais c’est aussi un « mode de vie ». C’est à dire que, et l’on est pas du tout habitué à cela, la négociation (le marchandage) fait partie de la transaction. C’est une étape obligatoire. Si vous arrivez, qu’un objet vous plaît et que vous l’achetez sans discuter, vous aurez à coup sûr droit à des regards étonnés.
    A contrario, essayez de tous marchander en métropole … là aussi, vous risquez d’avoir des réactions surprises de la part de vos interlocuteurs.

  • Stéphane

    Bonjour,
    J’aime bien vous suivre en «temps réel», c’est tellement plus agréable que lorsque les personnes sont déjà rentrées.
    En revanche, niveau négociation, je ne sais pas comment vous osez, c’est pas inné, même si certains le font au marché. Moi je l’ai fait une fois dans un magasin, j’ai voulu rentrer sous terre quand la vendeuse m’a dit non !
    Bonne continuation à vous et merci pour le partage !

    • Bruno

      Salut Stéphane, j’avoue que je ne suis pas toujours à l’aise. Anh l’ai beaucoup plus ! Elle n’hésite pas à demander une réduction d’entrée de jeu pour tout et n’importe quoi… Et ça marche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *