Ou Comment J’ai Trouvé Des Vêtements Magique

Lorsqu’on voyage et qui plus est longtemps, on change un peu moins de vêtements. Enfin, me prenait pas non plus pour un gros cradeau. Disons que si mon t-shirt ne sent pas mauvais en général je vais le reporter. Pour au moins deux bonnes raisons :

– J’ai pas envie de faire la lessive

– Si je dois l’envoyer à la laverie trop souvent ça va me couter plus cher

Cas extrême, lors d’un trek c’est plié d’avance, il faut un minimum de fringue pour être léger et si ça dure plusieurs jours et qu’on peut pas se laver et bien… Autant pas se changer :-)

La Laine Merinos de Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande c’est le pays de la laine mérinos. Cette laine est récupérée sur certains moutons qui vivent notamment dans les alpes de l’île du sud. Elle a des propriétés qui sont liés aux conditions climatiques là-bas. Déjà elle est chaude – ok pas un scoop – et elle garde ses propriétés isolante même mouillée  (pour les petits moutons qui prennent souvent la flotte là-bas). Puis arrivée en magasin, il y a de la pub pour une troisième propriété : les odeurs. Ce textile ne les retiendrais pas.

IceBreaker, marque Néozélandaise par excellence

Bah voyons ! J’avais déjà aperçu des vêtements en France qui ventait ces principes là. Ils étaient assez cher. Une marque néozélandaise s’est spécialisée dans la fabrication de vêtements d’outdoor dans cette matière. C’est Icebreaker. Et forcément, puisque c’est néozélandais, c’est moins cher là-bas. Enfin quand c’est soldé. Je décide donc de faire un achat. Concours de circonstance j’ai besoin d’un nouveau t-shirt. Je cherche dans plusieurs boutiques mais rien, c’est trop cher. Un peu avant le départ je fini par trouver mon bonheur dans une boutique de souvenir. Car là-bas c’est vendu en souvenir… J’essai, ça tombe bien. Ca coute pas aussi cher que d’habitude. Je sors ma carte bancaire et me lance. Je veux savoir ! A quelques jours du départ je propose à Anh de le porter jusqu’à ce que l’on parte pour le Chili. « Si je ne pus pas d’ici là, je m’achète d’autres saps Icebreaker« .

Tour de Magie

1er jour, le t-shirt est très doux, la matière donne un tombant particulier. Il se ne froisse pas. A l’intérieur du t-shirt il y a un numéro qui permet de regarder la provenance du vêtement pour savoir quel mouton a été tondu :-)

2ième jour, toujours rien a signaler sur l’aspect physique. Ca semble solide. Niveau odeur, RAS. Je renifle les dessous de bras, ça sent le déo. Bah oui je mets du déodorant quand même.

3ième jour. Encore nickel. Et ça ne sens rien.

On doit déjà partir. Mais pour moi c’est un miracle. Je m’achète un boxer et une paire de chaussette dans la même matière, surtout qu’encore une fois j’ai des besoins vestimentaires. Au passage, attention quand on essort les vêtements, j’ai perdu un boxer comme ça, paix à son âme, Anh a fusillé l’élastique. Je râle, je râle mais c’est tout le temps elle qui fait les lessives alors…!

Ce que je dois dire après quelques mois avec ces nouveaux vêtements, c’est que le bon feeling que j’ai eu au début s’est poursuivi. Et j’ai été ravi de les tester en trek à Torres Del Paine. Les chaussettes notamment sont une très bonne surprise. Très très confortable.

J’appelle ça mes vêtements magiques maintenant. J’ai l’impression quand je les porte de ne pas pouvoir être sale.


Articles sur le même sujet :