Plaza-Murillo
Blog

Tu es fatiguée de voyager ?

C’est sur cette question de Bruno que j’ai commencé à réfléchir aux changements de mode de voyage que nous avions opérer depuis le début de notre tour du monde. Au début, je m’en souviens bien, il n’y avait pas de temps à perdre, chaque journée était consacrée à la visite d’un temple, d’un marché, un site. 2 nuits dans la même ville c’était bien un maximum. Au fil du voyage, on apprécie de « se poser », se sédentariser quelques temps dans un lieu où on se sent bien.

On peut en avoir marre de voyager ?

Est ce que je suis fatiguée de voyager ? Non ! Comment le pourrais-je ?
Mais une fois loin de chez nous, après quelques mois de voyage, serait on de nouveau à la recherche d’une certaine routine ? En quête de se recréer un environnement habituel, cherchant un peu de repos dans la découverte continuelle de nouveaux lieux ?
Pour mon cas, oui !
J’aime pouvoir déballer mon sac à dos sans savoir que je devrais le repacker le lendemain. J’aime revenir au même stand de « rôti » parce qu’ici ils sont vraiment bons ! J’aime le sourire de la gamine du proprio de l’hôtel qui me voit passer 4 fois par jour. J’aime arpenter les mêmes rues et ne plus regarder mon plan pour m’orienter dans une ville.

Alors, définitivement non, je ne suis pas fatiguée de voyager, je savoure juste chaque moment autrement, je privilégie la qualité à la quantité… Je préfère aller moins vite, capter plus de détails, quitte à en voir moins.

Ralentir, oui ! Mais pas décrépir !

Quand on s’attarde dans une ville, on capte mieux comment vive les gens, leur culture, leurs habitudes… Et, ça a quelque chose de plaisant. On a l’impression d’un instant de partager leur quotidien et c’est aussi ça le voyage ! Mais il faudrait des mois, voire des années avant de comprendre vraiment la vie de ces locaux, alors je n’en capte qu’une infime partie, mais elle est déjà tellement intéressante !

Je me souviens de voyageurs croisés au début qui nous disaient qu’on voyageait trop vite ! A ce moment là, je n’étais pas vraiment d’accord. J’avais envie d’en voir un maximum. Mais aujourd’hui je les rejoint sur le fait que voyager plus lentement a aussi ses avantages, bien que je n’adhère pas du tout au fait qu’ils rechignaient à dépenser quelques euros pour aller visiter un joli temple mais qu’ils passaient leur journée à boire de la bière (aussi locale soit elle !). Alors depuis quelques temps on alterne nos « modes de vie », on speed un peu pour voir les merveilles qui se présentent à nous et ensuite on se pose dans des villes accueillantes et plus authentiques pour se mêler au locaux l’espace d’une semaine…

Et vous, comment voyager vous ? Pas une minute à perdre ou pas pressé de repartir ?

11 commentaires

  • Sara

    C’est un article très intéressant car à l’aube de notre départ, alors qu’il faut choisir combien de temps rester dans chaque pays la grande question que l’on se pose est: avons nous décidé d’y rester assez longtemps? Est ce que 1 semaine à Bali c’est trop court? 5 jours à Tokyo trop long? A la fois l’envie de tout voir mais aussi celle de profiter et de plus être stréssés et pressés comme nous le sommes en france, de laisser place aux rencontres et au destin! Et pourtant il faut aussi choisir ses vols et dons les réserver à l’avance, on est qq part bien obligés de penser à tout ça… Dans tous les cas nous avons choisi de passer minimum 3 nuits par endroits, pour éviter le remballage de sacs chaque matin dont tu parles! J’espère que c’est le bon choix, pas évident en tout cas, mais heureusement il y a ce genre d’articles qui nous aide dans nos choix! ;-)

    • Anh

      Salut Sara,
      Même si vous avez réservé des vols, j’imagine que vous avez quand même des périodes où vous etes « libres ». C’est dans ces moments là que vous pourrez faire le choix de voyager à votre rythme. Un conseil, ne réservez pas trop billet de bus ou chambre d’hôtel en avance (nous ne réservions quasi jamais) car ça peut vous bloquer. Les rares fois ou on a réservé trop tôt, on était un peu emmerdé d’arriver trop tôt ou de speeder pour pouvoir chopper le bus, l’avion….

  • Julien@Voyageur-Independant

    C’est une bonne question que se posent, je pense, de nombreux voyageurs! Dans votre cas, vous avez tout votre temps et je pense donc que vous avez le temps de vous poser. Sur un voyage de 2 ou 3 semaines au bout du monde, c’est un peu frustrant de s’arrêter une semaine dans une ville quand on sait qu’il y a pleins de choses à découvrir!

  • Jérémy

    Effectivement, c’est une question que se posent de nombreux voyageurs, je confirme ;-)
    Je suis votre périple depuis un petit moment et suis maintenant moi aussi sur « la route », parti depuis plus d’un mois, et actuellement en Nouvelle-Zélande.
    Et je retrouve aussi mon ressenti dans ton billet. Je suis passé chez une amie à Bahreïn lors de ma première semaine de voyage, et effectivement, c’est plaisant de se balader dans la ville sans carte, simplement pour s’imprégner de la vie locale, reconnaître les rues, etc.
    Et en Nouvelle-Zélande, j’ai fait l’inverse: presque jamais 2 nuits au même endroit, en camping, et quelques fois en backpacker suivant le temps. Mais je me suis vite mis à apprécier de me « poser » quelques jours dans une ville, pour « souffler » et profiter, à trop courir partout, on risque de se fatiguer bien trop vite!

    Un soir, j’ai rencontré une dame, anglaise, qui après un an de voyage, à décidé de continuer sans trop d’argent, et voyage ainsi depuis 2 ans en travaillant notamment dans les backpackers, et ne reste jamais moins d’une semaine au même endroit. Lorsque je lui ai présenté mes envies de trajet et les pays que je souhaitais voir, elle m’a répondu pareil: voyages moins vite, mais mieux!

    La question est aussi de savoir ce que l’on veut voir, faire, et donc quel voyage veut-on réaliser? Bien que le piège du « je cours partout pour en voir le plus possible » soit très facile, je pense que tout le monde y passe, au moins un temps. Et ça se comprend, il a tant à voir!

    Serait-ce une attitude française, ou bien plus générale? Car la question se pose aussi pour les « non voyageurs au long cours »: connaissez-vous les villes autour de votre lieu d’habitation, leur histoire, leurs particularités? Quand êtes-vous allés quelque part juste « pour voir » ce qu’il y a?
    Je finirai par un proverbe africain: « vous avez une montre… nous avons le temps… »

  • Oreille

    Allez, j’enchaîne sur un autre proverbe africain : plus vite que la musique, tu danses mal.
    Je crois que l’attitude « slow travel » vient avec le temps, quel que soit le type de voyage. Je veux dire que même en partant sur mes congés, je vois bien la différence entre mes premiers voyages et maintenant. On se dit que le temps est limité, qu’il faut « rentabiliser » le séjour, voir le plus de choses possibles. J’ai croisé des américains qui visitaient l’Inde ainsi : chaque nuit dans un bus pour une ville par jour.
    Avec un peu « d’expérience », on apprend à se connaître, à cerner ses envies, et on apprécie peut-être plus le slow travel. Si on veut repartir en ayant vu chaque batiment à l’architecture remarquable, il faudra courir, mais dès lors qu’on préfère essayer de comprendre la culture, au moins l’effleurer, il faut prendre plus de temps, rester assis à regarder…

  • blog voyage

    Le voyage , les rencontres, les nouvelles choses, il y en a qui n’aiment pas ça. Beaucoup de personnes sont attachés à leur confort, ils ont donc une certaine apprécions. Pas de l’inconnue, mais de quitter ce qu’ils ont.

Répondre à Jérémy Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *