Le monastère de Tibaes : où tradition et loisir se rencontrent

Depuis que le Portugal a autorisé la réouverture des musées et des cafés, nous sommes nombreux à rêver d’aller dans ce pays toujours ensoleillé. Oh, ce que nous donnerions juste pour déguster un verre de vin sur une terrasse, surplombant la mer, la ville ou les collines. Se promener dans un musée rempli d’art et de vestiges du passé. Bien que les pastéis de nata et le fado soient parmi les arguments de vente les plus célèbres du pays, le Portugal a certainement beaucoup plus à offrir. Une visite suffit pour se rendre compte que le pays regorge de belles curiosités, qu’elles soient d’ordre culturel ou naturel. La seule question est : par où commencer à explorer toute cette beauté ?

Eh bien, un bon point de départ peut être Braga et ses environs. La ville est située au nord-est du Portugal et est présente depuis presque toujours, les premiers signes d’habitation remontent à l’ère mégalithique, pour être plus précis. Depuis lors, beaucoup sont venus et repartis et de nos jours, Braga est surtout connue pour son héritage religieux et architectural. Les amateurs d’histoire voudront peut-être prendre leur temps lors de la visite de l’endroit, car il y a beaucoup à voir et à faire à la fois à l’intérieur de la ville et au-delà de ses frontières.

Leçon d’histoire

Alors, où tout commence-t-il ? Les premiers bâtiments sur place remontent aux Xe et XIe siècles, mais il ne reste pas grand-chose de leur présence précoce. Le monastère de Tibães a été officiellement élu siège d’origine de l’ordre bénédictin au Portugal et au Brésil en 1567. Grâce à ce rôle important au sein de l’ordre religieux, de nombreux changements ont été apportés au bâtiment au fil des ans. Surtout au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le monastère a subi des modifications majeures, donnant à l’édifice un mélange intéressant de différents styles architecturaux.

Voici une vidéo montrant ce monastère :

Grâce à la richesse de l’ordre bénédictin, certains des meilleurs artisans de l’époque se sont mis à travailler sur le bâtiment. Nous ne parlons pas seulement de tailleurs de pierre et de charpentiers, mais aussi d’artistes de toutes sortes, y compris des sculpteurs et des peintres. Des artistes célèbres, parmi lesquels José de Santo Antonio Vilaça et Cipriano da Cruz, ont marqué de leur empreinte le design. Comme le monastère jouait un rôle si important dans le royaume portugais, son influence allait bien au-delà de la simple religion. Le style présenté à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment a donné un immense élan aux mouvements artistiques baroque et rococo au Portugal et même à l’étranger. Pour cette raison, le monastère est devenu un bâtiment d’intérêt public en 1944, car il a été jugé que l’héritage culturel du lieu devait être préservé pour les générations à venir.

Décomposition et résurrection

Malheureusement, tout ne s’est pas bien passé pour le monastère au cours des siècles passés. Le site est tombé en ruine et n’a été racheté par l’État qu’après quelques années. 

Comme si cela ne suffisait pas, le bâtiment a été touché par un incendie en 1986 et jusqu’à aujourd’hui, des travaux de restauration sont toujours en cours afin de compenser les dommages causés. Heureusement, une grande partie du monastère a déjà retrouvé son ancienne gloire et voir les restaurateurs au travail n’est qu’un autre spectacle fascinant. Toute âme amoureuse de l’histoire appréciera leur savoir-faire et leur sens du détail.

Laura K.

Le voyage est pour moi l'absolution de l'âme. Vivre pour découvrir est mon leit motiv. Mes articles sont un petit morceau de moi et de ma philosophie, j'espère que vous prendrez du plaisir à les lire :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.