Réinventer notre façon de voyager pour faire face au changement climatique

L’ECF examine comment davantage de vélo peut aider le secteur du tourisme non seulement à réduire ses émissions de CO2, mais aussi à encourager la régénération de la biodiversité. L’une des plus grandes menaces pour la perte de biodiversité est le changement climatique, et l’une des principales causes du changement climatique est la perte de biodiversité (car les forêts ont la capacité d’agir comme des puits de carbone naturels). Pour inverser ce cercle vicieux, les actions de décarbonation et de restauration de la biodiversité doivent être développées main dans la main.

Le lancement de la Décennie des Nations Unis pour la restauration du système en juin 2021 a marqué le début de cette révolution. Repenser notre façon de nous déplacer joue un rôle important dans la lutte contre la perte de biodiversité. Les transports sont à l’origine de 24 % des émissions mondiales de carbone et sont une cause majeure de la pollution et de la dégradation de l’environnement qui menacent la biodiversité. Il a également été estimé que le tourisme contribue à 8 % des émissions de carbone.

Changer notre façon de voyager

Les modes de déplacement non durables et les transports à base de carbone ne sont pas seulement des menaces pour la planète et son environnement, mais aussi pour le bien-être des sociétés et des communautés. Les effets négatifs des modèles touristiques qui ne reconnaissent pas la capacité limitée des ressources naturelles et les impacts indésirables sur les communautés locales étaient présents bien avant la pandémie.

Voici d’autres moyens de voyager durablement :

Une surconsommation des ressources et une augmentation de la pollution stressent les écosystèmes, les forçant à perdre leur capacité de récupération. Sans parler des autres effets pervers ressentis par les collectivités, car un tourisme non durable peut réduire la qualité de vie globale des lieux. Mais est-il désormais possible d’utiliser l’opportunité d’une société post-vaccinale pour réinventer notre façon de voyager ? Est-il possible que le tourisme non seulement réduise son impact environnemental et social néfaste, mais génère réellement des ondulations de positivité en restaurant la vie et les écosystèmes, en soutenant la création de communautés dynamiques et en stimulant les économies locales ?

Plus de cyclotourisme

Afin de réinventer la façon dont nous voyageons dans la « Décennie de la restauration des écosystèmes », un bon point de départ est de voyager de l’une des manières les plus vertes, les plus intelligentes et les plus inclusives possibles. À la Fédération européenne des cyclistes (ECF), nous travaillons constamment pour augmenter les niveaux mondiaux du cyclisme, convaincus qu’il a la capacité de s’intégrer parfaitement à la réalisation d’un avenir décarboné, sain, inclusif et vert. L’une de nos initiatives phares est EuroVelo, le réseau européen d’itinéraires cyclables : 17 itinéraires cyclables longue distance qui traversent et relient tout le continent. EuroVelo est une initiative en cours qui, une fois terminée, totalisera 90 000 kilomètres couvrant plus de 42 pays.

Promouvoir davantage le cyclotourisme nous aidera non seulement à changer notre façon de voyager, mais soutiendra également la protection et la restauration de la biodiversité pendant nos vacances. Ainsi, nous devons avoir plus de vélo dans l’agenda mondial, car cela améliorera les conditions pour amener plus de personnes à s’engager dans le cyclisme et les loisirs au quotidien.

Laura K.

Le voyage est pour moi l'absolution de l'âme. Vivre pour découvrir est mon leit motiv. Mes articles sont un petit morceau de moi et de ma philosophie, j'espère que vous prendrez du plaisir à les lire :)

3 réflexions sur “Réinventer notre façon de voyager pour faire face au changement climatique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.